joueurs emblématiques du paris saint germain

Publié le : 29 janvier 20186 mins de lecture

Capitaine de l’équipe de France, le défenseur Jean Djorkaeff rejoint le PSG dès juin 1970. Il est capitaine pendant deux saisons avant d’assister au divorce du club en mai 1972. Outre les 16 sélections en équipe de France 18 de Tchouki entre 1970 et 1972, le défenseur Jean-Paul Rostagni connaît 6 sélections19 lors de son passage au PSG.

Sous la présidence de Daniel Hechter (1974-1978), l’attaquant international algérien Mustapha Dahleb est recruté à Sedan en 1974 pour 1,35 million de francs, montant record pour un transfert en France à l’époque20. Avec 85 buts inscrits en Ligue 1 de 1974 à 1984, meilleur buteur de l’histoire du club en championnat (troisième meilleur buteur toutes compétitions confondues avec 98 buts21), « Moumous » anima l’attaque parisienne aux côtés du milieu de terrain international français Jean-Pierre Dogliani et de l’attaquant international congolais François M’Pelé. Dogliani, qui désirait absolument évoluer sous la direction de Just Fontaine finança en partie son transfert. M’Pelé marqua 97 buts22 toutes compétitions confondues, entre 1973 et 1978. Le Goleador argentin Carlos Bianchi rejoint le club en 1977 et y passe deux saisons au cours desquelles il inscrit 71 buts avec deux trophées du meilleur buteur de D1 à la clé. Lors de la saison 1977-1978, il marque 37 buts en 38 matchs de championnat23.

Sous la présidence de Francis Borelli, Dominique Baratelli, Luis Fernandez, Dominique Bathenay, Nabatingue Toko, Dominique Rocheteau, Ivica Surjak, puis Safet Susic, Joël Bats et Gabriel Calderon sont les principaux joueurs du club. Ils sont tous des cadres de leur sélection nationale. Les gardiens Baratelli et Bats furent ainsi les portiers de l’équipe de France, tandis que Bathenay, Fernandez et surtout Rocheteau en furent des joueurs emblématiques. Luis Fernandez, qui achève sa formation au club, quitte le PSG après le titre de champion de France de 1986, recruté à grands frais par le rival du Matra Racing. Luis reviendra plus tard au PSG en tant qu’entraîneur. L’ex-stéphanois Bathenay rejoint le club en 1978 et devient le chef de la défense parisienne et le capitaine de l’équipe jusqu’en 1985. Mais c’est en 1980 que le club réussit son transfert le plus tonitruant en recrutant l’autre idole du football français (après Michel Platini), l’« Ange Vert » Dominique Rocheteau, meilleur attaquant français de l’époque. Il marquera 100 buts sous le maillot du PSG, s’inscrivant de façon indélébile dans l’histoire du club24. Outre ces cadres de l’équipe de France, citons également le milieu défensif Jean-Claude Lemoult (1976-1986) et le défenseur Jean-Marc Pilorget (435 matchs25 disputés avec le PSG ; record du genre). Lemoult a connu deux26 sélections en équipe de France tandis que la carrière internationale de Pilorget fut brisée par un accident de la route qui faillit lui coûter la vie le 18 décembre 198327. Parmi les autres internationaux français de l’ère Borelli, citons Christian Perez (17 sélections lors de son passage au PSG28), Fabrice Poullain (1029), Daniel Xuereb (430), Amara Simba (331), Michel Bibard (332), William Ayache (333), Yvon Le Roux (334), Jocelyn Angloma (235), Philippe Jeannol (136) et Alain Couriol (137).

Concernant les meilleurs joueurs étrangers de la présidence Borelli, Safet Susic s’impose comme le plus emblématique. Jamais blessé, jamais suspendu, ce milieu de terrain offensif international yougoslave marque 85 buts et délivre 61 passes décisives (record du genre au PSG) entre 1982 et 1991. Il est écarté de l’effectif suite à la reprise du club par Canal+. Derrière Safet, l’international tchadien Nabatingue Toko, l’international yougoslave Ivica Surjak, qui délivre notamment les deux passes décisives lors de la finale de la Coupe de France 1982, et l’international argentin Gabriel Calderon, méritent une mention spéciale. Outre ces quatre joueurs, citons d’autres joueurs étrangers ayant été sélectionnés lors de matches internationaux lorsqu’ils jouaient au PSG : les Algériens Salah Assad et Liazid Sandjak, le Yougoslave Zlatko Vujovic et les Sénégalais Jules Bocandé, Saar Boubacar et Oumar Sène.

Avec l’arrivée de Canal+ à la tête du club en 1991, de nombreux joueurs de premier plan signent au club : les internationaux français Laurent Fournier, David Ginola et Paul Le Guen et les internationaux brésiliens Ricardo et Valdo sont ainsi recrutés dès 1991 et rejoignent notamment les internationaux français Daniel Bravo (joueur du club depuis 1989) et Antoine Kombouaré (joueur du club depuis 1990), principaux joueurs à connaître la fin de l’ère Borelli et le début de l’ère Canal. Joël Bats effectue également une saison pendant que Canal + possède le club, mais il se retire en 1992 et est remplacé par Bernard Lama, qui devient dans la foulée le gardien de buts de l’équipe de France. Lama fait partie d’une deuxième vague d’arrivées comprenant également les internationaux français Vincent Guérin et Alain Roche et l’international libérien George Weah. Raí, capitaine de l’équipe du Brésil, arrive en 1993. La quasi-totalité de ces joueurs forment l’ossature de l’équipe jusqu’en 1998. D’autres joueurs viennent compléter l’effectif comme l’international français Youri Djorkaeff (1995-1996), l’international brésilien Leonardo (1996-1997) et l’international italien Marco Simone (1997-1999) notamment.

Après la présidence de Michel Denisot, le recrutement du club devient plus décousu mais comprend quelques joueurs notables tels l’international nigérian Jay-Jay Okocha (1998-2002), les internationaux argentins Gabriel Heinze (2001-2004) et Juan Pablo Sorin (2003-2004), l’international brésilien Ronaldinho (2001-2003) et le buteur portugais Pedro Miguel Pauleta (2003-2008), qui devient en 2007 le meilleur buteur de l’histoire du PSG. Tous sont des cadres de leur sélection nationale respective. Le cas de l’international français Nicolas Anelka est légèrement différent. Formé au club, il quitte le PSG en 1997 pour rejoindre Arsenal FC. À la recherche d’une politique recentrée sur l’Île-de-France, le club rachète l’attaquant originaire de Trappes alors en contrat au Real Madrid pour la somme record alors de 33,2 millions d’euros, mais ce retour est un échec, le joueur n’arrivant jamais à s’imposer, il le quitte à nouveau au bout d’un an et demi

Plan du site