Thiago Silva ne viendra pas au PSG

« Le PSG a pris la décision de se retirer des discussions en cours avec le Milan AC concernant le joueur Thiago Silva. » C?est par ce communiqué que les dirigeants parisiens ont annoncé hier à 21h50 la rupture des négociations concernant le défenseur brésilien. De son côté, le Milan AC, sur son site Internet, annonçait : « Le président Silvio Berlusconi a décidé : Thiago Silva reste à Milan.
» Ce retournement de situation semblait inenvisageable il y a deux jours. Mais il prouve qu?en matière de transfert, rien n?est jamais acquis tant que les différentes parties n?ont pas signé le contrat.

Tout était pourtant ficelé avec le Brésilien depuis lundi. Profitant de sa présence à Paris, le joueur et le PSG avaient trouvé un accord sur un contrat de quatre ans plus une année en option et un salaire d?environ 9 M?. Mardi soir, à la sortie du Parc des Princes, les sourires de Leonardo et Adriano Galliani, vice-président du Milan AC, laissaient penser que les négociations étaient en bonne voie. Que s?est-il passé ? « C?était une négociation ouverte, explique Leonardo, le directeur sportif, joint hier soir. On avait trouvé un accord avec le joueur. On discutait avec le Milan AC sur des montants moindres que ce qui était annoncé (NDLR : 45 M?). On a fixé des limites tant sur le timing que sur le prix. Et on a décidé de dire merci, c?est fini. »

Depuis mercredi, le dossier était entre les mains de Silvio Berlusconi. Le président du Milan AC hésitait à accepter l?offre du PSG. En Italie, un départ du défenseur central était vu comme le signe annonciateur du déclin milanais. A l?intérieur du club, il devait aussi composer avec la pression de sa fille, Barbara, 28 ans, vice-présidente du club, qui militait pour garder Thiago Silva. Le patron du club a-t-il cédé aux supporteurs et aux autres membres de l?effectif qui n?ont cessé, ces derniers jours, de réclamer le maintien du joueur ? Ou a-t-il cherché à faire monter les enchères hier, poussant ainsi Leonardo à rompre les discussions? Probablement un peu des deux. Il n?est pas exclu également qu?une dimension personnelle se soit rajoutée. Berlusconi aurait peut-être aussi voulu faire payer à Leonardo, son ancien entraîneur, son insolence. A l?époque, le Brésilien avait stigmatisé le narcissisme et l?ingérence de son président dans les affaires sportives de l?équipe.

En quelques mois, après Pato cet hiver, c?est la deuxième fois que les négociations entre Paris et le Milan échouent. « Avec les grands clubs, ça arrive souvent, répond Leonardo. Ce n?est pas grave. Maintenant, on va passer à d?autres dossiers. » Paris doit se mettre en quête d?un nouveau défenseur. Mais après ces deux affaires Pato et Thiago Silva, pas sûr que les Qatariens acceptent de traiter de nouveaux transferts avec Milan. Y compris pour l?attaquant suédois Ibrahimovic.